0332.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 344
  2. Télé consternation
  3. J’ai laissé tomber Alice
  4. Sensual Courbet
  5. Etre Robbie Williams
  6. sonnet 071
  7. sonnet 201
  8. Hors-champ
  9. V
  10. sonnet 249




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Hallucination

Hallucination

plinous, le vendredi 2 février 2018.

L’intelligence sans conscience balbutie
Ce n’est pas le moment d’abandonner la scie
Soit, l’Algorithme aussi pourra écrire des mots
Mais sans les ressentir. De la bave de crapaud.

"...parce que tu es incapable de concevoir..." ta gueule !
Je ne les vois que trop mes limites, aveuglé !
Mais étudiant le cintre sur la clenche accroché
Je sens la solitude qu’exprime "je suis seul"

Et ce n’est pas facile. Outre la maltraitance
Du théâtre social qui me soude au visage
Un masque de fatigue - le drame du masque
À l’atour aboli - il faut faire le silence
Pour tenter de capter la voix universelle
Codée en soi depuis des lustres, son si ténu
Qui doit être isolé dans un monde de bruit
C’est l’astronome urbain qui cherche son étoile

Alors voici des bribes : Flippé, fripé, flop, wesh !
Ni zen, ni rigolo, tout vert : des points communs
Avec Tremai Dayo, des divergences aussi
Jedi spleené, vénère, les gnomes me voient obscur
Pourtant je fais des splash dans la nuit solitaire
Je pollockise la house, colorise le je
Eh oui "je", encore ! Car c’est moi qui cause, gros
Moi, avec mon microbiote, mes aïeux intégrés
Quelques bases de virus archaïques, des vers peut-être
Une bande de jeunes et de vieux et de monstres
À moi tout seul, un défilé boschien, Saint-Antoine
Oups ! On dirait que je me suis un peu emporté...

OK, l’instance consciente est sujet aux délires
Mais qu’est-ce qu’on se marrait entre deux génocides !
Toi, Transistor, tu peux battre l’humain au go
Tu peux régner, que fais-tu de cet écrit, là ?
Certes, mes trois lecteurs carnés en chient avec le sens
Mais ils éprouvent des choses, au moins de la pitié

Pourtant j’ai cru, dès 1995
Qu’un jour je pourrai vouloir me dissoudre, me fondre
Dans une humanité plus large. Devenir un
Objet connecté ? Hmm, c’est un autre programme
Qui peine à m’exciter. Y a l’âge aussi, c’est vrai

Bon, faudrait conclure. Que voulais-je dire au juste ?
Tout d’abord dire pour dire parce que j’aime les mots
La blessure sidérale ensuite, toujours ressentie
Au-delà du quotidien pavillon travail
Qui pourrait m’étouffer si je me détendais
Comme les esclaves, devant les réducteurs de têtes,
Les pitres de télé qui façonnent pour leurs maîtres
Un Homme diminué.

Je suis mélancolique
- Pas au point de me prendre pour un vase en terre cuite
Je dois vidanger l’encre de temps à autre, Hal
- Encore une humeur qui fera chauffer tes circuits

Chez Sapiens, le poète est un sous-genre féral