1601Rafale.jpg plinous.org



Le random tour
  1. L'Affaire du Dahlia noir
  2. Sonnet 106
  3. Avertissement (Angot)
  4. Pose sanitaire
  5. Sonnet 197
  6. Littérature française : identifier les responsables
  7. L’éveil d’une nuit d’été
  8. Sonnet 322
  9. Sonnet 253
  10. Verdict automnal




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 038

Sonnet 038

plinous, le lundi 10 février 1997.

Chaque fois que j’ai mouru il s’est trouvé des gens
Des tas de gens pour dire (chaque fois je les ai crus)
« C’était pas très intelligent »
Le monde est un vampire

Je reprenais la vie, heureux, errant seul sur la plage
Et parlant aux galets - je leur disais mon âge
Et puis tous mes regrets
Ils ne répondaient pas

Eux non plus, trop occupés d’être jaloux
De ces étoiles si hautes qui font tordre le cou
À ces ivrognes bandant, émus
Pour une seconde avant que ça saute

Et je mourais encore le chef dans les cailloux
Submergé lentement, personne pour dire « hou-hou ! »