Accueil > Poésie > Voûté

Voûté

Scintillerai-je un jour pour un être lointain
Comme ces astres d’or, peut-être éteints déjà
Que j’observe la nuit, lorsque je vais pisser
Sur le plantain farouche ? (Toujours à phosphorer)

Tous ces mots que j’aménage
Tous ces mots !
Aux bords brûlants du surmenage
Du burn out

Depuis vingt ans je finance un SETI
- OVH, 15 €/an TTC
J’espère capter l’écho d’une âme amie
Comme Arroway attend qu’E.T. se manifeste

"Tu es...", "tu comptes", "je t’aime"... les échos attendus
Narcisse était serein, en Harley-Davidson
Moi je crains le désert, la sphère de toile tendue
Truman au bout du monde ou n’être pour personne

Je décompresse un peu
Ces derniers vers en langue Jourdain :
Je navigue à l’étroit entre deux monstres, soit deux peurs : celle de ne toucher personne dans un univers toujours plus froid ; celle d’être dans un jeu, sous un plafond d’étoiles qui ne seraient que spots.

Index global


20230719HougueSaint-Marcouf.jpg plinous.org