0966.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Un réveillon au réveil
  2. Les profs de lettres ne sont pas une bonne idée
  3. sonnet 332
  4. L’Egophoros
  5. Le temps des Perceau
  6. Message en série
  7. sonnet 187
  8. Apostille au rapport
  9. Hotels in Paris
  10. sonnet 061




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Été 2013, été

Été 2013, été

plinous, le dimanche 18 août 2013.

Palladio disparu sur la plage du Dranguet
Qui pourrait lire ici un bouquin en anglais ?
Un Parisien, peut-être Henri Nallet ?

Effectivement, c’est à nouveau le Val-de-Saire
Boucler sur le bonheur : développement salutaire
Glisser sur l’eau, balles jaunes, Flaubert

S’abstenir des ondes, pour profiter
Adieu télé, portable : effet tunnel, radio pour s’amuser
France bleu, la fête à la carotte, le vide-grenier
De Teurthéville, des chansons positives, Zaz
Zaz : canon scié, chevrotine, clous rouillés

Progression spiralaire mais blocages du sujet
Sur la tolérance faut encore travailler
(Limites atteintes ? Des secteurs nazifiés ?)

Des gènes, de l’atavisme, qui sait ?
Écoute donc les péqueux sur le quai
Il fait gris, sont heureux : "aime bien c’t’emps-là moi
Pas trop caud, un temps d’cheu nous." Ché com cha
La pluie finit sans doute par mouiller le soleil
Et après tu ricanes quand t’entends Yves Duteil

Les cassos à la foire, les bourgeoises au tennis
Gros packs après le taf, dance floor looking for truffes
la rime c’était "pénis", on a modalisé
Concernant le truisme, évoquer Darrieussecq
À tout prix éviter le procès féministe
Parenthèse trop longue, bruit, bordel ! Whisky sec

Les écrits de l’auteur ne se tiennent pas tout seuls
Comme une planète ; il n’est pas Dieu aussi, c’est bête

À Fresville, emmène les gosses chasser le fossile
C’est quoi, un trilobite ? Ammonite, petit nautile
Ah. On y va ? Y a des moules fraiches plein la plage
Le bivalve cénomanien c’est pas de votre âge
Ni du mien. Je me tais, je promets, je suis sage.

Le genre potache, une autre boucle, lassante sans doute
Eh quoi donc ? Lamartine à la redoute
De Morsalines ? De l’imbitable ? Des vers sinistres ?
Que nenni mon ami, la vie : premier ministre
Quand le cadet a le cou raide, mal à la tête
Que tu as peur de replonger, prendre perpète
Que tu apprends finalement qu’Arnold aussi
Avait sa névralgie qu’un rebouteux guérit

Tu respires, manges, bois et redis des âneries