Accueil > Poésie > Sonnet 179

Sonnet 179

Il s’est passé quelque chose ce matin
C’est claire
Au moment où j’achetai le basilic
Et les framboises

Les deux paniers sont pleins, ma tête aussi
À déborder
De quoi s’est-il agi ? Oui, du Prince de Hombourg
Le lui prêter

Mais camarade, oublies-tu les grandes purges
Dans la bibliothèque ?
Chez le bouquiniste le Prince, exit
Le prétexte

Pourtant sans aucun doute tu vas l’appeler
Pour dire que tu ne l’as plus. On ne sait jamais

Index global


0011.jpg plinous.org