Accueil > Poésie > Sonnet 303

Sonnet 303

Quatre heures du matin, draps chauds, la respiration
Du mammifère femelle étendu sur le flanc
À droite, comme une huile essentielle de lavande
Le nez sur son épaule, une main sur son ventre
Le bonheur du terrier depuis l’éternité

Dans quelques heures, le scooter dans l’ozone, frimas
Puis rencontrer des gens en classe virtuelle, bonjour !
À tel qui ne parviendra pas à partager
Son écran : RTFM ! Le con, café
Avec les stats d’hier et la secrétaire lasse

Monique peut-être aura fait un gâteau
Quasi aussi moelleux qu’une fesse à 37,2
Un quantum de soleil dans les steppes du business

Pour l’instant se lover, les éboueurs ébouent

Index global


20221016Jean-LucBuddha.jpg plinous.org