1508BiarritzSurferSoir.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Automeme
  2. Littérature française : identifier les responsables
  3. Dans le gras de la cuisse
  4. Sonnet 353
  5. Sonnet 346
  6. Pourquoi le braisil ?
  7. Sonnet 354
  8. De l’opéra dans mon roman
  9. En doute distancié
  10. Sonnet 227




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 338

Sonnet 338

plinous, le dimanche 2 décembre 2012.

J’ai adoré cette nuit avec toi,
et je ne pense pas uniquement au sexe…
Même si je ne peux prétendre te connaître,
quelque chose de très fort m’attire à toi.

De quelques mots chopés au vol hier soir,
j’ai pu comprendre que tu n’étais pas seule
même si ton couple tirait un peu la gueule ;
tu es sans doute ce matin encore en plein brouillard.

Sache que pour moi tu es comme une lueur,
une étoile apparue soudainement dans le ciel,
les images sont usées, le sentiment réel,
tu es un idéal joignable sur cette terre.

Garde la clé, ou glisse-la dans la boite aux lettres.
Je rentre mardi. Note aussi ces dix chiffres :