0053.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Le journal gris des deux philadelphes, I
  2. Des compressions
  3. Sister Traci
  4. Les Cantos d’Hypérion/Dan Simmons
  5. sonnet 327
  6. sonnet 090
  7. Carrefour
  8. Refusé 02 : La norme sonnet
  9. sonnet 019
  10. L’art de la joie (unisexe)




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Année d’émoi (sonnets) > sonnet 335

sonnet 335

plinous, le jeudi 1er novembre 2012.

Je suis quelqu’un qui a manqué d’air
Entre deux et six ans, mes grands-parents vivaient
Près de l’AZF locale et de la Shell
Des crises une seule image : mon père chauffe des compresses

Je suis quelqu’un qui n’a pas vu très clair
Deux à l’œil droit, on ne sait plus pour le gauche
En revanche on se souvient bien du soir
Où j’ai lancé mes lunettes dans le champ du marbrier

Je suis quelqu’un qui a vécu en face des morts
Dans le fog de la pétrochimie, lisant la blague
Carambar au fleuriste Diologent

Et puis un jour je n’ai plus toussé
Un autre jour j’avais 10 et 12
Mais je n’ai jamais su exprimer le bonheur