0837PourvilleJouneau.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Sonnet 296
  2. Sonnet 240
  3. Sonnet 158
  4. Sonnet 222
  5. Sonnet 036
  6. Les Mimosas
  7. Sonnet 162
  8. Été 2013, été
  9. Ibat obscurus in nocte negotiosa
  10. Le veau sous Flaubert




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 056

Sonnet 056

plinous, le mardi 5 juin 2001.

L’autre sonnait la bonne cloche
C’était l’enfant bien né, le musicien
Moi je buvais la nuit et faisais le voyou
Mère, pour me punir, m’injectait la variole

Étions assis dos contre ventre, jambes écartées
Au-dessus de nos têtes, le carillon
Je frappais sur tout avec alacrité
Tout sonnait faux, ou mal, ou ne sais plus

Lui, souriant, me montrait le bourdon
Bien plus gros que le nez au milieu de la hure
Puis frappait un coup sûr, sobre, glaçant

Alors tout s’agitait, la maison furibarde
S’ouvrait la porte, la folle avec son dard
Et je hurle des mots que je ne peux transcrire