0561PanierEpingles.jpg plinous.org



Le random tour
  1. L'Affaire du Dahlia noir
  2. Résonner (dans quoi ?)
  3. Sonnet 366
  4. Sonnet 362
  5. Fragmenté
  6. Mes cristaux ne suscitent pas d'emballement
  7. Sonnet 312
  8. Sonnet 281
  9. Sonnet 365
  10. Lotophage




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 151

Sonnet 151

plinous, le mardi 15 juin 2004.

Dans ce rêve mon père est président.
Le père est président, roi, adjudant, chef
Et le chef est la tête, et la tête est la queue
La tête hait la queue ; castration ?
Une peur. Le sapeur Camembert.
Et tout m’échappe qui était lumineux

C’est Lacan-cancoillotte, un mets bien franchouillard
A chaque mot sa marmotte, Martre alors ! C’est un
Jeu sans fin ! Un jour ? Un jeu, à jouir en joue
Anjou… stop ! On arrête, fini, il est en boucle

Reprenons : au début le rêve, ok
Ensuite tentative d’interprétation
Puis résistance, patente, le subconscient
Et vrille ! Toujours le même scénar, aucun progrès…