Accueil > Poésie > Sonnet 132

Sonnet 132

Je mange comme un porc et pourtant je suis maigre
Il faut tant d’énergie à mon corps pour gérer les angoisses !
C’est pas toujours facile d’habiter un pavillon, d’être médiocre
Quand on se nomme Pline le Trône
Peur de l’agression gratuite, de l’opinion des voisins

Il faudrait sans doute sortir pour rencontrer
Le réceptacle untel de mes amours a priori
On dit même qu’il est possible de parler avec des gens !
Oui, puis partir à San Francisco, faire un feu
Jouer de la guitare, une fleur de paix dans les cheveux

L’asociabilité serait-elle un problème
Étudiée du promontoire napolitain ?
C’est l’absence de baie, de beauté, qui contraint
Si l’État m’augmentait, j’en sortirais indemne

Index global


0162FiacTuilleries.jpg plinous.org