0126.jpg plinous.org



Le random tour
  1. The girlfriend experience
  2. sonnet 078
  3. sonnet 352
  4. Le bain à Royan
  5. L’île du jour d’avant
  6. Urgences
  7. sonnet 322
  8. Pétole et déprime
  9. Refusé 14 : Passerelle
  10. sonnet 257




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Influentia

Influentia

plinous, le vendredi 2 mars 2018.

Encore faible ce matin, je ne peux aller au Maghreb (c’est le club de gym) ; alors autant mocaliser un peu, c’est une occupation du temps.

Le fort de cette grippe, je l’ai passé en Colombie, "...somos el cartel de Medellin hijueputa !" À l’origine, je voulais simplement comater devant un truc pas trop compliqué avec de la violence pour venger celle que subissaient mes muscles, mais j’ai suivi la piste et me suis enfoncé dans la jungle. Pour finalement rencontrer la CIA et la finance internationale, quelle surprise ! Mais, bon, même quand on connaît l’argument de la pièce, on prend toujours plaisir au spectacle s’il est bien joué.

Sur l’écran maintenant ce sont les news (ça commence à aller mieux). Les italiens hésiteraient entre Berlusconi et le mouvement 5 étoiles. Je regarde l’homme de cire et les opportunistes étoilés... Honnêtement, la fiction narcotique faisait bien plus vrai.

Alors que nous sommes proches de la fin de l’expérience, peut-on penser que le prototype humain sera validé ? La greffe d’une conscience sur un atavisme sauvage aura produit quelques chefs-d’œuvre, indéniablement ; des calamités à la tonne, également.

Cela dit, j’ai hâte de voir la gueule de l’évaluateur ! Treize milliards d’années pour accoucher d’un prototype pareil... ne risque par le burn-out l’ingénieur ! Oui, bien sûr, sauf à imaginer que nous sommes partie prenante d’une simulation et que le temps fait partie de l’illusion... (je me souviens maintenant qu’il y eut aussi du Rick et Morty pendant que je faisais la chaudière).

Le soleil brille désormais, et j’ai envie d’aller voir mes amis canards au bord de la Garonne. Si tout est douteux, le corps, qui est toi, te tend des certitudes : quand ta courageuse armée d’ogres blancs en finit avec les derniers vandales, quand tes forces reviennent, quand tu retournes au frigo... tu sais dans ta chair que tu aimes ça, la vie. Et tu jouis de ressentir en individu autonome, de ne pas être une fourmi.

Seulement, cette liberté d’éprouver seul, elle a son prix : l’égoïsme qui génère les ploutocrates, qui s’allient avec les psychopathes pour tenir le reste de l’humanité en servitude. Comme Escobar sa thune, l’historien a cessé de compter les hécatombes, les orgies pandémoniaques, les éclipses de la raison... Si c’est une machine qui valide, au premier décompte des brûlés vifs, écorchés, roués, empalés, découpés, scalpés, écartelés... STOP ! "Le prototype n’est pas validé."

Bien, en attendant, allons se promener en rêveur solitaire. Et puis, on ne sait pas, ça peut être bien la vie d’insecte connecté à l’IA... On verra... ou pas ; Rocket Man et l’urophile ont des idées de bouquet final, la planète salopée pourrait bien se révolter, et puis T Pyxidis (dans 10 millions d’années...). Juste, c’est bête, mais on ne peut pas s’empêcher de penser qu’en s’unissant on aurait pu trouver un mode de gouvernement du monde, rationnel... Allez, coin-coin.