Accueil > Poésie > Sonnet 316

Sonnet 316

Je sais déjà que ce trip va marquer
Que la Polynésie est entrée dans mes veines
Et que je l’aime, infiniment

Ici la douceur est dans l’être
- Ce qui n’empêcherait pas un clodo
De vous crever, car la misère est triste
Sous les tropiques comme ailleurs

Mais le sourire est gratuit, c’est un soin
La gentillesse, authentique, la fleur à l’oreille des femmes
Comme le crayon du boucher (avant l’hyper)

On sacrifiait des humains avant l’Europe ? Peut-être
Le paradis perdu est une miltonnerie
Mais dans la twingo poubelle qu’on m’a prêtée
Je croise peinard, et jamais klaxonné

Index global


1297SunderboysAffiche.jpg plinous.org