0245.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Arcane radicale
  2. sonnet 313
  3. sonnet 064
  4. Moins d’écran
  5. sonnet 006
  6. La colle (42) : doutes sur l’orientation
  7. Qu’est-ce que la littérature (en avril 2008) ?
  8. sonnet 113
  9. Littérature et bourgeoisie
  10. sonnet 049




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Tout va bien, jusque-là

Tout va bien, jusque-là

plinous, le samedi 9 juillet 2016.

Cette tension intérieure qui brûle la viande par le dedans, c’est vrai, c’est bien pour la ligne. Positive attitude, Lorie, positive. C’est qui Lorie déjà ? Positive. La copine à Raffarin, c’est ça. C’est qui Raffarin ? Allons.

J’ai quand même de grandes chances d’y couper. Il y a toujours un con. Positive. Il y a toujours quelqu’un que ça botte d’être le "rapporteur" du groupe. Un mec, parfois même une fille, que ça ne rebute pas de défoncer des portes ouvertes devant ses congénères, en mettant le ton. En mimant comme un trépané des courbes qui montent. En montrant sa grande bouche au DG pour lui dire, dans un subtil langage corporel, "j’avalerai tout".

Ouais, c’est fini les "positive" ; l’anaphore, comme toute rhétorique à trucs, est un mauvais procédé. "Moi, président", gauche dilatée. C’est décidé : je ne serai pas rapporteur du groupe. Si l’animateur insiste, je lui dirai. Non, je ne lui dirai pas "va te faire enculer" - le cadet entre en FAC - je dirai non, en souriant, comme un clown blanc-cassé.

Petit connard de trentenaire parisien (première couronne ?) avec ton costard presque cher, tu est un nêtre (sic) inconséquent : tu ne produis rien et pourtant tu travailles au cabinet. Soit, dans UN cabinet - tu sais très bien que j’avais besoin du contracté pour métaphoriser ton lieu de vie en fosse.

Toute décontraction est inenvisageable, laisse tomber le diaphragme. Aussi inoffensif qu’une centrale nucléaire en fin de vie, j’envoie désormais à tous les nazes de l’agence de com., comme à la Marlène maison, des ondes hyper gammées. Jean Grey monté en vrille, je vais tout niquer comme les casseurs de rue frustrés par les nababs ; toute illusion perdue, péter des abris-bus, acab...

Putain de basses dans le caisson, du 200 bpm comme à l’ancienne. Et puis plus rien. Pline le Trône to Ground Control : "I’m OK, stop the self-destruct countdown, now !" En nage ? T’inquiète Machin, c’est pas le Brexit, juste un monsieur rouge dans la nanosphère. De quoi l’animateur ? Que je fasse le sketch sur scène ? Si vous y tenez.