1552VeniceDolphin.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Le printemps des actes
  2. Sonnet 042
  3. Bonheur zaghouanesque
  4. Triper aux states avec un prof de littérature anglaise reconverti fermier
  5. De l’opéra dans mon roman
  6. Sonnet 009
  7. Ibat obscurus in nocte negotiosa
  8. Poème téléphérique
  9. Sonnet 154
  10. Sonnet 310




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 266

Sonnet 266

plinous, le lundi 12 avril 2010.

Cette terra nova très moderne bougeait
La coque prisonnière aux deux tiers de l’amas
Suivait sa rotation quasi imperceptible
Qu’un faible tirant à la poupe signalait

Mieux valait s’extraire de là très vite. Moteur !
Je m’armais d’une perche pour chasser les débris
Que ne manquerait pas d’attirer notre hélice
Jean entama la marche arrière, l’agrégation
Sordide n’opposa aucune résistance

Nous nous éloignâmes assez vite de la chose
Puis nous prîmes un temps pour vérifier la route

Notre cap était juste. Comment gérer l’obstacle ?
Nous attendîmes l’aube. La masse circulaire
Nous apparut bientôt, énorme et désolante