0564.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Tiellement allumé !
  2. Vers un verdict
  3. Lettre d’une inconnue
  4. sonnet 255
  5. Si ce n’est toi, c’est donc ton frère
  6. Guns and four roses
  7. Le vilain lin chinois
  8. sonnet 275
  9. sonnet 346
  10. sonnet 265




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Le pouvoir du chien

Le pouvoir du chien

plinous, le samedi 5 octobre 2013.

The power of the dog, El poder del perro. En français, c’est "La griffe du chien", choix de l’éditeur, point. Et pourquoi pinailler sur le titre ? Ce roman de Don Winslow, c’est comme une divine tragédie ; le chien en question, c’est Cerbère ; tu le croises dès la page 5, sur la scène d’un massacre ; il te prévient : si tu continues, tu descends en enfer. 550 pages plus loin, tu te trouves un peu groggy ; il t’avait prévenu le chien.

Pour essayer de décrire, on pourrait évoquer 24H, la série, Bauer. C’est ce niveau de violence, ce rythme, ces rebondissements, mais avec du fond, de la hauteur et beaucoup plus de temps. Les événements ne se déroulent pas en temps réel ici ; l’action s’étend sur les 25 dernières années du 20è siècle, mais la saga qui mêle politique internationale, narcotrafic et mondialisation, a l’intensité d’un shoot, comme il se doit.

Quand même ! Quand même ! On a beau savoir : lire sous la plume d’un écrivain américain ce qui relevait à l’époque de la propagande marxiste... et bien c’est bis repetita, encore une fois. Il a fallu près d’un demi-siècle pour que l’assassinat de Kennedy soit attribué presque officiellement à ses auteurs, la CIA et la mafia. Aujourd’hui, Winslow nous montre les mêmes à l’œuvre dans cette "War on drugs" qui n’était qu’une guerre contre les mouvements de libération d’obédience communiste en Amérique centrale. Le peuple américain ne voulait ni un nouveau Viet-Nam, ni un nouveau Cuba ; la CIA lui a offert les deux : exactions massives sur des populations civiles, Chavez au Venezuela. Bravo les gars !

Winslow donne tout ça à voir, mais en arrière-plan. Je rassure ceux qui n’ont pas envie de se taper un essai de géostratégie contemporaine ; je n’ai pas évoqué 24H pour rien. Ça dézingue, ça coupe des pieds et des mains, les personnages sont très crédibles, même les putes (y en a aussi). C’est haletant, bien fait, vendeur, puissant. Plus pour les amateurs de whisky que les buveurs de petite bière. Un grand roman.

J’oubliais : Monsanto est là aussi, avec les amis de la CIA et de la Mafia. Enjoy :

Roundup Ultra is the trade name for defoliant glyphosate, which the colombian army, with American advisers, spray from low-flying airplanes protected by helicopters.
"Well, yes, it makes it stick to the plant better" the Monsanto rep says. [1]

The Power of the Dog /Don Winslow. Vintage crime.

Lire aussi.

[1P. 487.