Accueil > Poésie > Sonnet 155

Sonnet 155

Je leur fais l’effet du Pedestrian 2
De Jean-Michel Basquiat
On ne sait trop que penser de ce gars là
Avec le sourire jaune sur un fond vermillon

En fait tout le monde s’en fout
Mais c’est indispensable, la paranoïa
Pour la motivation
Quand on a quatorze lignes à écrire
S’agit pas de jouer aux boules
Comme les chômeurs du square Carnot

Il faut marcher dans les rues
Arpenter les visages
Chercher le personnage
Qu’ont vu en vous ceux qui n’y pensent déjà plus

Index global


20240317MédailleFinisher.jpg plinous.org