1092FourchetteServiette.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Défragmentation littéraire
  2. Sigmunde Robert et le cas Gustave (ce bâtard trouvé)
  3. Cox missionary
  4. Sonnet 240
  5. Sonnet 295
  6. Charoselles retrouvé
  7. Sonnet 113
  8. As-tu bien senti Les Fleurs du Mal ?
  9. Flaubert, c'est le pied
  10. Sonnet 360




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 154

Sonnet 154

plinous, le jeudi 2 septembre 2004.

Tous ces hommes qui s’excitent
Là-haut dans leurs avions de chasse
Ici à manœuvrer le convoi exceptionnel
Qui sort une énorme cuve rouillée
De la ferme équestre en face
Tous ces hommes je veux dire

Parce qu’il y a aussi des pieds tongués sur une table
Sous un parasol blanc dans un jardin mal tondu
Un carnet qui se remplit de mots imbéciles
Des moineaux qui snobent des quarts de baguettes
Lancés là avec désinvolture et qui font genre

Quelquefois j’ai l’impression d’appartenir à la pègre
Alors que le pilote pourrait lâcher la bombe
Et que la cuve contient sans doute aussi la mort