0317VeloRegardMur.jpg plinous.org



Le random tour
  1. La mort de Nate
  2. Sonnet 098
  3. Sonnet 018
  4. Sonnet 039
  5. Sonnet 132
  6. As-tu bien lu Madame Bovary ?
  7. Non restitution
  8. Été pouic et goin
  9. À Pourville
  10. Sonnet 334




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 059

Sonnet 059

plinous, le mercredi 1er août 2001.

Cette fille hier, teinte et intelligente
Au cœur de la nuit cocktail
Qui pointa du doigt cette chose grimaçante :
Des vieux repassant leur printemps

Au salon on dansait en riant sur un air des Beatles
Et je le séduisais ce monstre de jeunesse
Moi le 28-35 - ainsi me chiffrait-elle
Fixait-elle la limite, l’ultime point de mouillage
Reste si peu de temps !

James Dean et Jésus Christ nous quittaient vers la nuit

Cette fleur au piano qui chantait du Mozart
Plus jeune encore, c’est déjà bien fini ; pour elle
J’existe, dans une sphère culturelle, près de Toutankhamon

Plus de champagne, moins de whisky