Accueil > Poésie > Cendie

Cendie

Odieuse beauté de la quadra ignée
Transpirant l’ève épanouie par tous les pores
Lascivité des formes grasses sous la soie
Lâcher prise assumé dans un port souverain

Collègue et chef, tu es bien mal dans l’été chaud
Avec ses jambes nues, ses hauts light sous tension
Ses micro-perles sur le front, mains qui éventent
Le rire franc de la sudiste ensoleillée

Toi qui dois rester pro aux abords de la bombe
Qui ne peux déserter ni embrasser un sein
Brûlant. De marbre sous le coup de sirocco

Quand les traits sont entrés, que le cœur est atteint
Le volcan réveillé dessous l’écorce vieille
Le serpent tend le fruit mais tu es empêché

Index global


20130426_161829.jpg plinous.org