Accueil > Poésie > Sonnet 173

Sonnet 173

« Les poètes sont heureux ; on se soulage
Dans un sonnet » a dit Gustave
À Louise Colet

Les fils à papa cranent qui peuvent écrire
Tous frais payés jusqu’à mourir
Ovationnés

De toute façon ce que je voulais faire
C’est pas poète mais gangster
Ou bien rock star

Ce soir, je laisse les derniers poils de couille
Dans la baignoire
Je suis anxieux je me soulage

Demain sera Toulouse, where I was born
Et pour me rassurer : un petit peu de porn

Index global


0089TableauPourville.jpg plinous.org