0262ChatEtChat.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Tiellement allumé !
  2. Sonnet 038
  3. The girlfriend experience
  4. Sonnet 278
  5. Sonnet 290
  6. Sonnet 047
  7. Sonnet 058
  8. États du gars après La vie
  9. Sonnet 297
  10. De tout dans la partie




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 183

Sonnet 183

plinous, le vendredi 10 mars 2006.

J’écris mieux les couilles vides, c’est un constat
Très vulgaire, certainement, du reste : cul !
- Je crois kchui au taquet tel l’otaku
Des heures dans le fond du virtuel, me revoilà
On dirait un Zombi, bonjour monsieur Nougat !

Grand père se jouait le jardinier
(Lui aussi a passé sa vie dans un bureau)
Bourrant sa pipe devant un brasero
C’était le bon épicurien au potager
Grand-mère ne se lassait pas du tableau

Toujours est-il qu’on avait ses salades, à table

Dur et si mou, avec des ambitions multiplicatrices
Je suis le poète de ma représentation
Et c’est drôle comme un sketch de Bigard