Accueil > Poésie > Sonnet 183

Sonnet 183

J’écris mieux les couilles vides, c’est un constat
Très vulgaire, certainement, du reste : cul !
- Je crois kchui au taquet tel l’otaku
Des heures dans le fond du virtuel, me revoilà
On dirait un Zombi, bonjour monsieur Nougat !

Grand père se jouait le jardinier
(Lui aussi a passé sa vie dans un bureau)
Bourrant sa pipe devant un brasero
C’était le bon épicurien au potager
Grand-mère ne se lassait pas du tableau

Toujours est-il qu’on avait ses salades, à table

Dur et si mou, avec des ambitions multiplicatrices
Je suis le poète de ma représentation
Et c’est drôle comme un sketch de Bigard

Index global


1297SunderboysAffiche.jpg plinous.org