0561PanierEpingles.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Sonnet 054
  2. Sonnet 269
  3. Sonnet 170
  4. Sequestruc
  5. Sonnet 301
  6. Sonnet 128
  7. Refusé 01 : Complaisance
  8. Sonnet 055
  9. Sonnet 213
  10. Marinade de vers villégiaturesques à la sociologie envieuse




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 191

Sonnet 191

plinous, le dimanche 2 avril 2006.

Elle s’est envolée ma grand-mère
Les peaux-noires ont lancé des signaux de fumée
Le ciel est averti, il n’y a plus rien à faire
Il n’y a plus d’enfer, c’est terminé

Adieu le papillon, ma pauvre prisonnière
Te voilà libre enfin, détachée
Elle était vraiment dure Mme Zheimer
Toujours avec ses invisibles à t’ennuyer

Adieu le pavillon ! sacrée grand-mère !
Sainte Thérèse de la civilité
Les autres, t’en aurais bien fait ton désert
Ils étaient toujours là. Tu n’as plus rien mangé

Je sais bien mamie : "rien d’extraordinaire"
Mais juste ça pour moi : tu m’as élevé