1552VeniceDolphin.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Paradoxes drolatiques
  2. Sonnet 065
  3. Summer 18
  4. Sonnet 212
  5. Sonnet 222
  6. Le prince philosophe
  7. Sonnet 020
  8. Influentia
  9. Sonnet 134
  10. Sonnet 136




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 143

Sonnet 143

plinous, le vendredi 20 février 2004.

Mon père croit fermement contre le commandeur
Que deux et deux sont quatre, quatre et quatre huit
Moi je crois à l’essence, au secours, à la fuite
Et je me trouve drôle en tragique branleur

Plus répandu que le mercure
Je pète sur les rives du lac
C’est le cono versus en plaques
La sécheresse ? Hmm... Pourvu que ça dure

Mais toutes ces particules, là, qui s’agitent
- Oh l’étoile filante ! (Demain midi des frites)
Enfin le vieux, vas-tu te rendre à l’évidence ?
Le monde est un ballet, Il tape et c’est la danse

Et tous ces vers dans ma tête, hein ?
Dis-moi un peu d’où que c’est que ça vient !