0630DoubleTraci.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Tout ce qui compte
  2. As-tu bien lu L'Éducation sentimentale ?
  3. Sonnet 075
  4. Sonnet 285
  5. Sonnet 250
  6. Sonnet 346
  7. L’an qui vient rimera
  8. Sonnet 357
  9. Refusé 04 : Télévision
  10. Marques essentielles, ultime démarque




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 143

Sonnet 143

plinous, le vendredi 20 février 2004.

Mon père croit fermement contre le commandeur
Que deux et deux sont quatre, quatre et quatre huit
Moi je crois à l’essence, au secours, à la fuite
Et je me trouve drôle en tragique branleur

Plus répandu que le mercure
Je pète sur les rives du lac
C’est le cono versus en plaques
La sécheresse ? Hmm... Pourvu que ça dure

Mais toutes ces particules, là, qui s’agitent
- Oh l’étoile filante ! (Demain midi des frites)
Enfin le vieux, vas-tu te rendre à l’évidence ?
Le monde est un ballet, Il tape et c’est la danse

Et tous ces vers dans ma tête, hein ?
Dis-moi un peu d’où que c’est que ça vient !