Accueil > Poésie > Sonnet 034

Sonnet 034

La rage aux nerfs dès le matin
Avec un bon bol de café là-dessus
Le soleil fier qui déjà m’égalut
(C’est éblouir en patois bas normand)
Merci quand même pour le pain

Y a plus d’essence dans la voiture, vraiment ?
Ha ! J’adore quand tout est drôle
Quand le quotidien est si bon dans son rôle
Qu’il pompe les dernières gouttes d’énergie créatrice

Le tiers monde : bouffer, chez les riches : travailler

Malgré tous ses talents d’actrice
L’humanité peut vraiment pas se la raconter

Ça trime ou ça souffre sans élan solidaire
Pourquoi se libérer ? C’est tellement bon la guerre !

Index global


20240317MédailleFinisher.jpg plinous.org