1552VeniceDolphin.jpg plinous.org



Le random tour
  1. As-tu bien lu L'Étranger ?
  2. Incendie post cui-cui
  3. 12. Apocalypse
  4. Sonnet 350
  5. Sonnet 124
  6. Le nouvel amour est consternant
  7. Paradoxes drolatiques
  8. Sonnet 309
  9. Défragmentation littéraire
  10. Sonnet 351




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 034

Sonnet 034

plinous, le mercredi 1er novembre 1995.

La rage aux nerfs dès le matin
Avec un bon bol de café là-dessus
Le soleil fier qui déjà m’égalut
(C’est éblouir en patois bas normand)
Merci quand même pour le pain

Y a plus d’essence dans la voiture, vraiment ?
Ha ! J’adore quand tout est drôle
Quand le quotidien est si bon dans son rôle
Qu’il pompe les dernières gouttes d’énergie créatrice

Le tiers monde : bouffer, chez les riches : travailler

Malgré tous ses talents d’actrice
L’humanité peut vraiment pas se la raconter

Ça trime ou ça souffre sans élan solidaire
Pourquoi se libérer ? C’est tellement bon la guerre !