0272.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Essai transformé
  2. sonnet 148
  3. L’échec de Flaubert
  4. sonnet 314
  5. sonnet 047
  6. sonnet 339
  7. Bienvenue à Vieux-Beaux Land
  8. sonnet 045
  9. Ticket visiteur
  10. Manque de correspondance




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > La fine amor qui finit mal

La fine amor qui finit mal

plinous, le jeudi 25 août 2005.

La dame de Vergy accorde son amour à un vassal du duc de Bourgogne, à une condition : celui-ci ne doit parler de leur liaison à personne. Hélas, la méchante duchesse, éprise du même chevalier et furieuse d’être rejetée, manoeuvre de telle sorte que le secret soit dévoilé. Les conséquences de cette révélation sont étonnamment tragiques.

La châtelaine de Vergy, petit roman en vers du milieu du XIIIè, a quelque chose de fascinant, quoi ? L’intrigue n’est pas particulièrement complexe, la structure du récit est carrée - même si les événements s’emballent dans une valse morbide à trois temps [1]. Serait-ce le mystère lié l’intediction faite au chevalier de parler de son amour ? En fait, la raison de cette exigence de secret est probablement assez triviale : la châtelaine, nièce du duc de Bourgogne, est un parti trop élevé pour le chevalier. Finalement, ce qui envoûte dans cette histoire, c’est peut-être son charme discrètement pessimiste. Le ton général n’est pas à la lamentation, loin de là, il est même quelquefois enjoué, toujours savoureusement vivant :

Que jel deïsse a nul gent ?
Je me leroie avant sanz faute
Trere les denz l’un avant l’autre !
 [2]

Mais les amants meurent néanmoins d’avoir perdu leur paradis secret. On ressent également comme une révolte dans cette histoire, un refus de se résigner : la société tue l’amour vrai, ce qui est franchement absurde au vu du bonheur qu’apporte l’amour et des malheurs que cause sa contrariété.

La Châtelaine de Vergy /anonyme. - folio classique.

[1Le chevalier parle au duc qui parle à la duchesse qui parle à ses dames ; ce qui entraîne la mort de la châtelaine, puis la mort du chevalier puis la mort de la duchesse.

[2Que je le dise à quiconque ?/Je me laisserais plutôt à coup sûr/arracher les dents l’une après l’autre !