0022.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 341
  2. sonnet 180
  3. Verdict automnal
  4. réserve citations
  5. Le sang qui court est rouge
  6. Michèle
  7. sonnet 315
  8. Marinade de vers villégiaturesques à la sociologie envieuse
  9. Frustration
  10. sonnet 326




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Impression du XIXe

Impression du XIXe

plinous, le dimanche 24 mars 2019.

Brassard jaune au biceps estampillé "complice"
Je marche derrière la pancarte "LA FIN
DU MOI", je fais coucou à la police
Il est temps de s’unir et passer
Outre les nuances de nos égoïsmes
Pour en finir avec les aigrefins

Qu’est-ce qu’ils prennent dans la figure, les révoltés !
A fortiori les fédérateurs de ronds-points
Des séditieux, des fascistes, qu’on peut éborgner
Branquignoles, débiles... le médecin rigolo :
"Je ne peux les soigner", les profs de français :
"Qu’ils commencent par apprendre l’orthographe !", rien
N’est épargné à ceux qui se lèvent, haro !

Ahou ! Ahou ! Ahou ! Le cortège a du cœur
Qui chante dans le gaz depuis dix-neuf semaines
Les sentinelles, l’hélicoptère... Même pas peur !
Lanceurs multi-coups, drones, marquage ADN
- Car dans certains domaines, l’État sait innover
Aucun effet, ces marcheurs-là sont bien plus forts
Que la suite naïve du banquier, la haine
Des médias achetés, impuissante elle aussi

Et moi je dis que tout cela est positif
Dans sa globalité. Les gens sont mieux debout
Qu’assis devant l’écran qui accroit le passif
Des non-initiés. Dans le détail bien sûr
Y aurait des choses à déplorer, mais les yeux secs
J’oppose des degrés de gravité :
Les vies précarisées ou les manques à gagner ?
Le fatras dans les Actes ou le libéralisme fou ?
L’Amazonie qui brûle ou le Fouquet’s en feu ?