Accueil > Poésie > Sonnet 061

Sonnet 061

Voici venir la fin d’un autre été
Salut le rayon vert, le ciel rougi, l’anis-rosé
La mer qui monte a terrassé le phare
Après les pyramides et le Mont-Saint-Michel
Épargnant seulement les pâtés éternels
Placés plus haut (connaissance de l’histoire)

Un chanteur forestier tout l’été sur les ondes
Aura roulé le r de son ciel gris plombé
Tendues sous le harnais les âmes vagabondent
Sur l’ost de Saint-Louis pleuvait le feu grégeois
Difficile de croire qu’un jour on va tomber
Joinville sur la plage accompagne le roi

Seaux, bouquins et voiles, tout : tout est dans les cartons
La fin de cet été ouvre un autre horizon

Index global


0873CastleLovers.jpg plinous.org