Accueil > Poésie > Sonnet 062

Sonnet 062

Musique indienne et minutes volées
À la folie du dérangement, les lares ébouriffés
Je vais à la poste gémir ma race en paix

Il paraît qu’un déménagement égale pour le stress
Une nuit sous le blitz
Toujours sous l’idée de bombardements
Je vis là mon crash planétaire...
Mais comme dit le duc de Guermantes :
"On exagère ! On exagère !"

Pline est champion aux olympiades de Jérémie
- Bou-ou, médiocre, bou-ou pourquoi
Quelle est l’assise du trouble ? Le sais-tu François ?
(Mon pote le romantique, François Wey)

Certes, les cartons qui sont là ne vont pas se léviter

Index global


0227_4Ljaune.jpg plinous.org