Accueil > Poésie > En vrille

En vrille

(Un conseil ?)

Garde l’esprit au frais quand la tripaille flambe
Quand le cerveau primitif crie "sauve qui peut !"
Chauffé par le stress, la peur conjoncturelle
Projette-toi hors corps, regarde-toi d’en haut
Et ne reviens au monde que lorsque tu es sûr
Que le réacteur en surchauffe qui irradie
Depuis le ventre, ne va pas faire péter l’enceinte
Et atomiser tout l’entourage, qui te croyait normal
(Affichant par là-même sa lucidité faible
Ou son défaut d’observation, son piètre intérêt)

Toi qui me lis, tu la sens l’instabilité
N’est-ce pas ? La puissance du phénix noir
Ça te crée des univers de mots en veux-tu
En voilà, mais à la fin du show : patatras !
Tu te croyais plus fort, tu es haut dans les tours
Les tours abolies - je multiplie les peines
Speede en diagonale aux échecs - une furie !
Schizo je ne sais plus qui est je qui est tu
C’est la réunification, dernière étape
Avant le poteau, la sentence irrévocable

Index global


1434EdAtkinsFondationLV.jpg plinous.org