Accueil > Poésie > Sonnet 216

Sonnet 216

Une poubelle brûle dans la rue
C’est très joli même si ça pue
C’est la racaille du Mirail
Qui nous réchauffe parce que ça caille

On dirait comme un bonhomme en chocolat
Qui fondrait dans une casserole
Ou une mollification à la Dali
Comme l’affaissement d’une tour, en plus liquide

- Vous serez moins philosophe quand ce sera votre maison
- Oh je ne suis pas philosophe, je suis trop con
Mais je crois que c’est Néron, enfin les riches

Évidemment, tout ça n’est guère écologique
Il faudrait mettre un avertissement
Sur les containers : « Me brûler nuit »

Index global


20230719HougueSaint-Marcouf.jpg plinous.org