1014.jpg plinous.org



Le random tour
  1. L’art de la joie (unisexe)
  2. Aurore de grande marée
  3. PLT\install.exe
  4. Ceci ne se reproduira plus
  5. Mimosas II
  6. Sex Update Traci
  7. Sleeping before sunrise and before sunset
  8. sonnet 253
  9. L’athéologie vite traitée
  10. Nibards phalliques




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Les non-sonnets d’avant > AMELICA

AMELICA

plinous, le lundi 1er novembre 2004.
J’ai pris une Amérique sur la gueule
Je récupère doucement
De flots de bière en rêves de cuir
Je crois bien qu’à nouveau je vais pouvoir écrire
J’ai pensé un moment accepter mon nanisme
Et la mettre en veilleuse
Mais...
Tout est dans le mais

Il y avait Cincinnati Ohio
Amélie retrouvée
275 south, 50 west vers une ferme isolée
Un bidule métallique tinte dans le patio

***

Il y avait une Pontiac Thunderbird
Avec son canapé
Une route insonore
Et un grand lac gelé

Il y avait des chutes et des congères
Peu après Buffalo
Un coffee shop de prolétaires
Et son café à l’eau

Il y avait North Adams et ses églises chrétiennes
Notre ami Vétéran
Jo and Joan esthètes et mécènes
Du fan-club normand

Il y avait Boston au temps du Marathon
Des étudiants percés, une belle jeunesse sonique
Il y avait l’air intelligent dans des rues dynamiques
Il y avait le regret de quitter ce poumon

Un tour de balai à Salem
Le carnaval ésotérique
Les robes noires, les attrapeurs de rêves
Abdul Alhzared ? Kézako ? Cosmétique

***

Il y avait La Ville
Pénétrée en beauté par le Bronx et Harlem
Il y avait le Village
Envie d’hurler « je t’aime »

Oui on a vu les noirs, ouï les ghetto blasters
Il y avait même un flic pour nous souhaiter bonne chance
Sur le bac vers Brooklin, la misère
Une statue dérisoire... mais le reste est si dense !

Dense dans la tripe
Non pas qu’on soit dans le film
Avec les taxis jaunes et les sirènes
C’est un Parthénon qui respire, une pulsation herculéenne

***

Il y avait des motels
Des freeway, expressway, thruway
C’est bien mieux en anglais

Il y avait Washington et c’était très joli
Nous n’en connaissions que les violents décès
Nous avons vu le blanc, le vert, les quartiers gay
Et on a consommé, on en avait envie

Il y avait des campagnes cossues
Les Smashing Pumpkins
Deux nanas qui babillent
Un driver qui s’y croit dans un sunset perdu

Winchester apparaît, plus rien de vertical
Habillées de bardeaux maisons calmes et coquettes
« Yes, yes » dit Papy vietnamien, « Zis place zery quiet »
Meat loaf, bière, brownies et à l’horizontale !

(Il y avait cette histoire drôlement scatologique
Deux jeunes en cuisine avaient chié au chaudron
Chez Taco Bell, une chaîne, retenez bien le nom
Ils ont fait des émules, le fond est symbolique)

***

Il y avait Cincinnati Ohio
Fayetteville, les granges et les silos dressés
De petites villes blanches et des racoons crevés
L’espace en poltergeist murmure dans le patio