Accueil > Poésie > Sonnet 301

Sonnet 301

J’ai perdu ma couronne dans le trou de Bozouls
Nouveau creux dans la gueule et néant question foule
Je décatis qu’attendez-vous ? J’abdique Le Trône
Simple tour déjà joué – c’est mon nom est personne

« ône » comme dans « Rhône », « onne », la Garonne
La rime et le comptage, je me les carre au cul
J’en ai écrit trois cents garçon, trois cents pas lus
Ste pal au derche ! Les chicots tombent en flèches ; personne

Un flash bordel ! Comme les douze gars du tympan
Église de Perse, Céline, qu’est-ce qui m’a rendu sourd ?
Oui, je sais, mais fini ! Concentré sur l’amour

En un mot, concentré. Le voyage, enivrant
L’Aveyron et le Lot. Demain, chez le dentiste
Et pour l’heure la beauté. Pas doué, mais quel artiste !

Index global


0628TokyoAnus.jpg plinous.org