0922Armee.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Sonnet 023
  2. Sonnet 268
  3. Sonnet 295
  4. Bourbon
  5. Sonnet 116
  6. En doute distancié
  7. Marathon Woman
  8. Le sang qui court est rouge
  9. Avertissement (Angot)
  10. Sonnet 049




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Vœux tendres dans l’obscurité

Vœux tendres dans l’obscurité

plinous, le samedi 2 janvier 2021.

2021, jour 2
D’amour mourir vos yeux me font, Jourdain
(Ceci pour prévenir : l’éclaircissement des écrits ne fait pas partie des résolutions du nouvel an)

L’année vilaine nous a quittés
Pour fêter ça, à Rennes, on a raver
À la télé bolloréenne c’est la folle ire
Des jeunes qui dansent ! Il faut sévir !

"Défense irresponsable" dirait un hippocrate
Un de ces chefs de service qui manquent de taf
En plein Covid, hantant les plateaux télé
Je suis poète, la blouse, bloqué à dix-sept ans

"Tuez ces punks à chiens" lit-on aussi sur le réseau
Ah l’année commence fort ! C’est au pas cadencé
Qu’on s’en va cheminer, avec les marcheurs blancs
Sillages sur l’amer en post-confinement

Mais trêve de spleen ! On va se battre, rien n’est plié
C’est trop vil d’abdiquer dans le blues de janvier
- T’avais pas choisi "veule" ?
- Oui mais la prosodie...
- Oh putain ! Tu n’es pas retombé dans le schwa ?
- ...

Un temps sur pause pour contempler l’éternité
À nouveau, l’énonciation montée sur ressorts
A surgi, moi-je jack-in-the-box, dans le verbe
Car hors de la conscience, pas de réalité ?

À être dans les questions, demandons-nous si
Un patchwork de lines plus ou moins punchy
Peut valoir pour poème, peut tenir lieu de vie
Est-ce que ce blob anthume ne sert pas le néant ?

Non, inoffensif, tel ces jeunes qui s’extasient
Je ne nie pas la tentation de la cabine
Parfois, mais je n’ai pas de manifeste à pondre
Et puis le Montana c’est beau, mais c’est très froid

De la chaleur humaine, de l’empathie - rêvons !
Pour éviter le crash aux bout des années folles
Désolé pour le chinois (où manger se dit chī)
2021, jour 3