Accueil > Poésie > Sonnet 284

Sonnet 284

La femme, son essence, Méditerranée
Soleil sur vespa, robes d’été
Le trouble incandescent, jeune flic ahuri
Parfums aphrodisiaques issus de la pêcherie

Siestes aux draps trempés, les hommes durs à la tâche
Qui abattent des chiens par sauvagerie lâche
Quand Eve se révolte on exile la folle
Et quand elle disparaît, on sanctifie l’idole

Un fils qui se fait père et protège la grotte
Où se cache la fée, sirène polyglotte
Qui parle à tous les hommes et voudrait voir le monde
Cet au-delà de l’île où dominent les blondes

Descendre une vierge sous les eaux
Bulles d’air sous le nez. Respiro

Index global


0116GhostBears.jpg plinous.org