Accueil > Poésie > Sonnet 175

Sonnet 175

Tout près de la prison, j’attends l’ami bobo
Pour aller voir les filles d’Hawaii, à Evreux
Il y a des cris qui volent au travers des barreaux
Les prisonniers qui gueulent, leur français est affreux

Mais qu’as-tu fait de ta jeunesse, si ce n’est te soûler
D’alcool, de rock et de vitesse ?
Tu es juste bien né

Sur le panneau publicitaire, Madame Karembeu
Ne porte pas grand chose, il fait très chaud
Avec toutes ces filles fun ce soir, qui sait ? Ça se peut
Au moins n’achèverai-je point l’image au lavabo

Les condamnés font pénitence... vous rigolez ?
S’ils échappent à la démence
Le tour est joué

Index global


0227_4Ljaune.jpg plinous.org