Accueil > Poésie > Sonnet 151

Sonnet 151

Dans ce rêve mon père est président.
Le père est président, roi, adjudant, chef
Et le chef est la tête, et la tête est la queue
La tête hait la queue ; castration ?
Une peur. Le sapeur Camembert.
Et tout m’échappe qui était lumineux

C’est Lacan-cancoillotte, un mets bien franchouillard
A chaque mot sa marmotte, Martre alors ! C’est un
Jeu sans fin ! Un jour ? Un jeu, à jouir en joue
Anjou… stop ! On arrête, fini, il est en boucle

Reprenons : au début le rêve, ok
Ensuite tentative d’interprétation
Puis résistance, patente, le subconscient
Et vrille ! Toujours le même scénar, aucun progrès…

Index global


20130426_161829.jpg plinous.org