Accueil > Poésie > Russian rouleau

Russian rouleau

Un jeune homme à la moustache distinguée
Chante que nous rêvions tous d’un monde nouveau
Au présent j’en vois déjà beaucoup prier
Pour que les temps anciens restent dans le tombeau

Les temps anciens, si, vous savez, quand c’était mieux
Que les enfants portaient des blouses, que ma grand-mère
Mendiait avec ses huit frères et sœurs, et que la guerre
C’était tous les vingt ans, ah ! la bonne saignée !

Si ça sert de prier quand la bête est sortie
Quand le hun dépressif se jette sur le blé
En éructant l’enfer et déballant ses couilles
(un tantinet flétries, on peut le remarquer) ?

Perso - et sans surprise assurément - je dirais non
Mais je pense aussi qu’il y a mieux à faire
Il faut déjà éteindre les "chaines d’info"
Croyez-en un spectateur vétéran d’Irak

Ensuite il faut bannir toute inquiétude
Et méditer la phrase de l’adjudant :
"La peur n’évite pas le danger"
Ouvrir une bière ; coller aux habitudes

Index global


0089TableauPourville.jpg plinous.org