1555Malibu.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Anne Trukenski
  2. Une quête dantesque
  3. Sonnet 054
  4. Sans direction
  5. Seul aux mots
  6. Sonnet 173
  7. Sonnet 276
  8. 110
  9. Twist again, monsieur l’ours !
  10. Sonnet 170




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Texte en progrès...

Texte en progrès...

plinous, le dimanche 28 mars 2021.

Dans le miroir, la défaite des traits, finalement figée. Fini la surfusion, le temps m’a congelé dans un masque de cernes. Plus de change à donner.

La psyché demeure plastique nonobstant. J’ai par exemple remplacé le cul par les échecs. C’est étonnant mais ça fonctionne impec. Au cerveau addicté, tu colles une autre came et le voilà content, dopaminé, OKLM.

À noter : un kyste inoffensif dans le cortex frontal. Est-ce à cause de lui que j’éprouve ce besoin sporadique de rédiger des lignes ? La cause pourrait tout aussi bien provenir d’un trauma quelconque en maternelle ?.. Bava zaka la sarpata parda...

Le bullying des pubs aussi : Pour l’ameublement, l’électroménager, boum-boum..., d’où écrire, staussi un but. À tout prendre une monomanie phono-graphèmologique (soit l’impérieux désir de coucher sur papier les sons qui envahissent l’esprit) reste socialement très gérable. Que produiront sur la génération actuelle les privations sensorielles du confinement ?

Je n’ai pas réalisé les promesses de l’aube, c’est un fait. Mais ma femme ne parle pas au frigo et mon double inventé, Laurent L., ne risque pas de m’écraser. Tout va bien, objectivement. Je fais des exploits au quotidien, comme tout le monde, même l’huissier. M’y mettre à fond maintenant ? Allons. La vie a commencé le jeu, elle a développé ses pièces, je l’ai regarder faire. Maintenant je suis en chien, et trait aux blancs.

Si allez, un petit doute. C’est quand je vois le jeune masqué, dans la rue, celui qui prendra l’eau des ouragans sur la tête et qui m’appelle boomer sur les réseaux antisociaux. Je me dis que c’est une chose de ne pas avoir livré le combat qui m’aurait fait entrer en résonance dans l’éternité avec les communards et Greta Thunberg, c’en est une autre d’avoir narré mon nombril entre une urgence de bureau et une tonte de pelouse. Écoute, C’est karma.