0162.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Rabelais (notes)
  2. Le pays où on voudrait arriver
  3. sonnet 336
  4. sonnet 145
  5. sonnet 357
  6. sonnet 058
  7. Croze dans la Marmite
  8. Nerval le ténébreux
  9. sonnet 322
  10. 2016 (nuit du 01)




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Littérature > Platon (de fromage)

Platon (de fromage)

plinous, le mercredi 14 décembre 2005.

Notes prises à l’écoute du Banquet :

- démystification d’Orphée, un joueur de cithare un peu pleutre au final :

Ils n’ont pas ainsi traité Orphée, fils d’Æagre. Ils l’ont renvoyé des enfers, sans lui accorder ce qu’il demandait. Au lieu de lui rendre sa femme, qu’il venait chercher, ils ne lui en ont montré que le fantôme, parce qu’il avait manqué de courage, comme un musicien qu’il était. Plutôt que d’imiter Alceste, et de mourir pour ce qu’il aimait, il s’était ingénié à descendre vivant aux enfers. Aussi les dieux indignés l’ont puni de sa lâcheté, en le faisant périr par la main des femmes. [1]

Dans cette optique, Nerval serait plus héroïque qu’Orphée.

- La définition de l’amour que donne Diotime à Socrate :

L’amour est donc en somme, dit-elle, le désir de posséder toujours le bien. [2]

- L’image des silènes qui s’ouvrent (boites en formes de Silène, l’ivrogne mythique) reprise par Rabelais dans le prologue de Gangantua (et prolongée dans la métaphore de l’os à mœlle).

car j’ai oublié de dire, en commençant, que ses discours aussi ressemblent parfaitement aux silènes qui s’ouvrent. En effet, malgré le désir qu’on a d’écouter Socrate, ce qu’il dit paraît, au premier abord, entièrement grotesque. Les expressions dont il revêt sa pensée sont grossières comme la peau d’un impudent satyre. Il ne vous parle que d’ânes bâtés, de forgerons, de cordonniers, de corroyeurs, et il a l’air de dire toujours la même chose dans les mêmes termes ; de sorte qu’il n’est pas d’ignorant et de sot qui ne puisse être tenté d’en rire. Mais qu’on ouvre ses discours, qu’on en examine l’intérieur, on trouvera d’abord qu’eux seuls sont pleins de sens, ensuite qu’ils sont tout divins et qu’ils renferment les plus nobles images de la vertu, en un mot, tout ce que doit avoir devant les yeux quiconque veut devenir un homme de bien. [3].



Les trois extraits lus par Michael Lonsdale

Le Banquet ou De l’amour /Platon. -Flammarion-Thélème-Frémeaux et associés.

Certains historiens se demandent s’il ne faudrait pas voir dans la philosophie de Platon les vraies racines du [gnosticisme]. Tertullien considère d’ailleurs celui-ci comme l’ "épicier" des hérétiques, d’autant plus qu’au IIIè siècle ses idées sont remises sur le devant de la scène par Plotin, initiateur du néoplatonisme.

in Comment Jésus est devenu Dieu /Frédéric Lenoir. Le livre de poche.

[1in Discours de Phèdre.

[2in Discours de Socrate.

[3in Discours d’Alcibiade.