Accueil > Poésie > Sonnet 269

Sonnet 269

Le chevalier Bayer finissait de combattre
Les dernières abeilles, sans peur et sans reproches
Que diraient les fantoches ? Priant pour la croissance
Ceux-là ne pouvaient guère qu’exaucer la croisade

Et les foules ? Elles se rendaient dans les multiplexes
Pour manger du pop-corn et voir des hommes de fer
Terrasser des golgoths en balançant des vannes
Mentionnant le sponsor, patron du chevalier

Et puis partout la pensée d’apathie ; télé
Radio, journaux, réseaux… La fatalité mec
Fonctionnaires : trop payés, les riches : ont bien bossé
Le partage ? Ben voyons ! T’es communiste ou quoi ?

Le goulag, c’est vrai. Allumons le barbecue

Pour le rosé, il faudra bien polliniser

Index global


0873CastleLovers.jpg plinous.org