Accueil > Poésie > Refusé 15 : Le matin

Refusé 15 : Le matin

Une lumière plus que vive sur la mer
Comme un diamant brûlant sur un drap gris
Probablement un bananier, dans la brume du matin
Je l’ai déjà dit : Il faut se lever tôt.

La sirène retentit
Qui appelle au travail les prolos
Des chantiers navals. Constructeur de bateaux !
Encore un métier. Mon dieu ! Qu’est-ce que je fais ?

Pas une feuille du laurier ne bouge
Cette immobilité de l’air n’existe qu’au matin
Au bord de la mer. La petite brume comme une fumée

Le matin on se dirait en coulisses
Juste avant la représentation
Le monde qui en grille une dernière avant "action"

Index global


1434EdAtkinsFondationLV.jpg plinous.org