0541.jpg plinous.org



Le random tour
  1. sonnet 217
  2. Aurélia ou l’autoportrait en délire
  3. sonnet 242
  4. Décès d’une autre star du bling-bling
  5. Beautiful star
  6. sonnet 119
  7. sonnet 121
  8. sonnet 125
  9. sonnet 241
  10. sonnet 259




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Choses > Hergé, passionnément dépassionné

Hergé, passionnément dépassionné

plinous, le samedi 9 juin 2007.

Hergé le génie et/ou Hergé le collabo, telles sont les deux propositions dominantes de tout discours sur l’auteur des Aventures de Tintin. Dans sa belle biographie, Peeters ne prend pas le contrepied de ces deux leitmotive, il s’emploie simplement à retracer le parcours d’un homme, créateur de romans dessinés, dans un milieu, dans un pays, à une époque donnée. Et surtout, Peeters montre les interactions entre ce parcours et l’évolution de l’œuvre. Interactions, c’est-à-dire influence mutuelle. Le travail de Peeters ne consiste pas à expliquer Tintin par la vie d’Hergé, mais plutôt à dévoiler un cheminement dialectique de l’œuvre et de son auteur. Les aventures de Tintin ont au moins autant fait évoluer Hergé que l’inverse, d’où le titre. Il faut souligner que cette idée n’est pas mise en avant par Peeters, elle se dégage naturellement d’une entreprise authentiquement biographique, modeste et géniale.

Quelques notes :

Bien que les bons pères ne cessent de parler des femmes comme de "créatures" redoutables, le jeune homme a une petite amie. Elle s’appelle Marie-Louise Van Cutsem, mais tout le monde l’appelle "Milou". (P.53). [1]

Cet os est le plus beau jour de ma vie ! (P.82).

... conceptions esthétiques : pas d’ombres, un trait d’allure égale, un tracé qui se boucle pour se faire réceptacle, des couleurs appliquées en aplats. (P. 252).

Dans cette invraisemblable Trinité, Haddock serait naturellement le Père [...] Tournesol serait en quelque sorte le Saint-Esprit [...] Tintin le Fils. (P.271). [2]

Mais cette histoire de L’Or noir, et cette histoire de La Lune me laissent de marbre [...] Je m’en fous éperdument ! (P. 353, épisodes dépressifs d’Hergé).

Wolff est une figure ambigüe, déchirée entre son admiration pour Tournesol et la lâcheté qui l’a fait se soumettre à un chantage. [...] Humain trop humain, ce parfait emblème de la culpabilité ne pouvait qu’évoquer pour [Hergé] le thème de la collaboration. (P.396).

Cf. aussi Hergé soutient des anciens collabos p. 413.

Tintin est une pure idéalité. (P.452).

Germaine Kieckens, première femme d’Hergé, sous les figures du Yeti (p.491) et de la Castafiore (p. 506).

Hergé Fils de Tintin /Benoît Peeters. Champs-Flammarion, n°726.

A lire aussi.

[1Relativise les analyses de Baetens, qui voit le "loup" dans le nom du compagnon de Tintin, cf. Hergé écrivain, p.31.

[2A comparer avec la famille d’Apostolidès.