1552VeniceDolphin.jpg plinous.org



Le random tour
  1. Nerval, commandeur du rêve
  2. Vercors, à l’élastique
  3. Sonnet 280
  4. Sonnet 208
  5. Les Cantos d'Hypermal
  6. Sonnet 079
  7. Démo
  8. As-tu bien lu L'Étranger ?
  9. V
  10. Sonnet 165




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Sonnet 159

Sonnet 159

plinous, le dimanche 20 février 2005.

Au-dessus de la Seine, pour un petit sonnet
Je me demande encore ce que je veux avouer
Serait-ce la fatigue de tous les désirs
Ou ce bien-être mou que je sens m’envahir ?

Je fais encore des coups, remarquez, quelquefois
Je bloque sur un cul qui s’éloigne et j’aboie
Mais c’est le chant du cygne, et pire : même pas mal !
La douce indifférence, qui revient et s’installe

Et si dans l’eau immonde je tentais le plongeon ?
Serait-ce plus idiot que le message au thon ?
(Jolie déclaration du temps des pulsions vaines)
Non, plutôt le sonnet au dessus de la Seine

C’est à Croisset bien sûr, une bitte, Westerlund
L’Arklow Swan est passé, tranquille, plus qu’un round