Accueil > Poésie > Gland

Gland

54 ans, écolo, je vais au taf, en vélo
Je passe tous les jours sous une allée de chênes
Qui en cette saison est tapissée de glands
Et je joue donc, à projeter ma roue avant
Sur les fruits en espérant un crac satisfaisant
Ou à défaut une projection latérale

Mercredi, un petit Mohammed m’observait
Son instance de validation approuva
Le délire du monsieur, très vite, dans une joie
Intense comme en provoque un résultat
Positif au test covid quand vous devez
Vous rendre encore chez les pictaves futuristes

Hier, j’ai revu Momo, bien concentré
Sur sa roue avant, faisant un crac, timide
Encore, et Momo m’a vu et m’a souri
Déclenchant immédiatement une grimace
Méfiante chez sa maman (un pédophile ?)
Qui regarde le soir Hanouna la souffrance

Il ne restera rien de ces lignes, mais c’est vrai
Qu’au final il ne restera rien de rien
Toutefois, avant l’eschatologie, j’aurai
Appris à un gamin ce que les autres ignorent :
L’échelle de notation des cracs, des projections
Qui feront de lui un jour, le roi des glands

Index global


0628TokyoAnus.jpg plinous.org