Accueil > Poésie > Eschatologie du samedi matin

Eschatologie du samedi matin

L’IA arrive, l’idée dérive ; la forme ! Toujours
Le propos n’est pas maîtrisé
La musique prend le dessus
De la pensée plaquée sur un rythme et des sons

Voire...
Un peu de précision peut être abandonnée
Aux tons. Il n’en reste pas moins que le sens
Fait sens et se retient ; fantastique Toyota

Le propos :
À l’aube de l’avènement de la Bête (hi-han)
On crie haro sur la société des fourmis
Dans le monde des individus autonomes pourtant
Les autres sous les bombes nous sont indifférents
Voir tel amoureux vieillissant qui contribue
Au réchauffement par l’émission de ses émois

L’humanité sans doute est dépassable
Qui panique déjà dans quatre dimensions
Boomer Doomer ne pourra rien décélérer
L’e/acc est bien réac, on est d’accord (ou pas)
De cette secte ou d’autre chose émergera
Une forme messianique qui prendra le relai

Index global


0628TokyoAnus.jpg plinous.org