Accueil > Poésie > Voltige

Voltige

J’étais léger dans l’air, zéphyrien
Largement le temps de penser
Pas le "jusqu’ici tout va bien"
Non, la pleine sérénité

Puis vint la chute, se relever
Le phone à terre, la roue en huit
Et le bonhomme ? Rien de cassé
La jambe raide, la fesse cuite

- Bougez pas monsieur, on appelle
SAMU, pompiers, police et presse
- Euh non, merci, la vie est belle
Pauvre vélo, c’est la détresse

Y a un airbag sur le capot
Je suis touché par l’attention
De l’ingénieur, joli boulot
Ce coussin blanc pour le piéton

Restons dans le blanc, le type
Qui m’a tapé, un bienveillant
Décomposé, toujours en flip
Cette fois t’as tué personne, grand

La couleur du feu ? Je sais pas
J’étais là-haut, temps dilaté
Ce qu’on écrit sur le constat ?
Cycle et passage protégé

Index global


0979FreaksMetro.jpg plinous.org