Accueil > Poésie > Sonnet 263

Sonnet 263

J’attends qu’on vienne me chercher
J’attends, en conséquence, j’
Décès du narrateur

C’est le petit monsieur que vous cherchez ?
Il est mort, il attendait
J’crois qu’il est enterré sur la lettre J
avec Philémon du Centaure, autre vieille scie

Attention, tu t’apitoies... Toi, toi, toi
Bientôt, tu seras seul et coi. Quoi ? Quoi ? Quoi ?
Un peu facile ça ! Ça va surmoi ? Zap

Heureusement que tu es là, ô 20H !
Les autres aussi en chient, le malheur
Est planétaire et qui sait, universel ?
Tu nous rassures toujours : y a rien de personnel

Index global


0089TableauPourville.jpg plinous.org