0180.jpg plinous.org



Le random tour
  1. E la Vespa va (et vogue la vie)
  2. Une claque qu’on n’esquivera pas
  3. sonnet 046
  4. Aurélia ou l’autoportrait en délire
  5. sonnet 068
  6. sonnet 066
  7. sonnet 088
  8. sonnet 015
  9. sonnet 136
  10. Illustration pour les moutons (CFDTistes, ex-socialistes, enmarchistes...)




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Année d’émoi (sonnets) > sonnet 248

sonnet 248

plinous, le jeudi 16 avril 2009.

Le métro passe, le sapin bouge
Un homme parle ; c’est le directeur
Tôt ou tard, la parole reviendra
Au poète qui ne saura dire que :
« Désolé, je n’ai rien écouté »

Le voisin du narrateur entoure
Frénétiquement le q de qualité
Les feuillets du dessous porteront en palimpseste
La marque en creux de ses envies de cul

La sœur de Roche s’était acheté
Une petite robe d’été noire, très serrée
Très seyante. C’était à l’île d’Oléron
Seront organisés en unités d’affaire
« Oh hé ! Ta gueule un peu patron ! »