. plinous.org



Le random tour
  1. Seul aux mots
  2. Je disait moi
  3. sonnet 043
  4. sonnet 047
  5. As-tu lu L’Ingénu de Zadig et Voltaire ?
  6. sonnet 202
  7. Du symbole à la métaphore
  8. Platon (de fromage)
  9. Journaliste : un sacerdoce
  10. Refusé 14 : Passerelle




Les gazouillis en cours
Tweets by @plinous

Accueil > Poésie > Année d’émoi (sonnets) > sonnet 243

sonnet 243

plinous, le jeudi 16 avril 2009.

Il semblerait que le spectacle donné
Par la petite frappe et son escort
Ait fini par lasser les masses lésées
Et que se rassemblent enfin les cohortes
Du peuple qui comme chacun sait
Plus ou moins consciemment
Ne saurait être vaincu pourvu qu’il soit uni

Le pire n’est jamais sûr ni éternel
L’ère des mafieux texans a pris fin
L’espoir est ténu mais l’espoir tient
À côté des tempêtes, le vent de la révolte
Doit souffler si l’on veut s’ouvrir
Une fenêtre de tir (pour tous)
Vers l’immortalité